Articles de la semaine

Voici trois publications intéressantes de la semaine sur les technologies en santé:

Finlande, histoire médicamenteuse

Une étude finlandaise a comparé l’histoire médicamenteuse obtenue par une entrevue en personne, par rapport à la liste de médicaments au dossier médical informatisé public de première ligne, chez 276 personnes âgées prenant en moyenne 9 médicaments. Le dossier médical informatisé comportait une divergence par rapport à l’histoire réalisée en personne dans 83% des cas. Ces divergences étaient cliniquement significatives dans 40% des cas. Les classes les plus impliquées étaient les psychotropes, les opiacés, les bêta-bloqueurs, et les inhibiteurs du système rénine-angiotensine. Beaucoup de divergences ont aussi été notées avec les inhalateurs de corticoïdes et d’agonistes bêta-2-adrénergiques.

Ces résultats suggèrent que les données obtenues par un dossier électronique de première ligne (lire: le DSQ au Québec) ne devraient pas remplacer une entrevue en personne pour obtenir une histoire médicamenteuse.

Usa, documentation électronique

Une étude américaine a évalué l’implantation d’un système de documentation électronique pour les soignants dans une urgence tertiaire pédiatrique. Le système était un produit commercial, combiné à un système de dictée et transcription électronique. Fait intéressant, le système incluait la documentation du bilan comparatif des médicaments. Des pharmaciens ont été impliqués dans la conception du système.

L’implantation est qualifiée de succès par les auteurs. Le système a pu être conçu, testé et implanté sur une période de 7 mois seulement. L’hôpital et le département utilisaient déjà une stratégie de gestion Lean et le modèle Plan-Do-Study-Act, et ceux-ci ont été utilisé pour l’implantation du système. Les auteurs identifient un support fort de l’hôpital, un support technique et du personnel supplémentaire présent sur place durant la période d’implantation, un plan d’urgence en cas de panne, et une formation obligatoire exhaustive comme conditions de succès.

Une augmentation de 15 minutes de la durée de séjour a été observée dans les 6 semaines après l’implantation, suivi d’un retour aux valeurs pré-implantation par la suite.

Usa, logiciel de suivi clinique et documentation des interventions pharmaceutiques

Enfin, une étude autre étude américaine a décrit rétrospectivement les alertes et interventions de pharmaciens générés suite à l’implantation d’un système électronique de suivi clinique en pharmacie. Ce système propose des alertes basés sur des critères cliniques dans les dossiers électroniques, comme par exemple des valeurs de laboratoire ou la prise de médicaments à haut risque. 93 alertes ont été mises en fonction, notamment pour le suivi des anticoagulants (ex: plaquettes et héparine), les tests de laboratoire à suivre pour certains médicaments (ex: clozapine et globules blancs), le suivi des antimicrobiens (ex: niveaux de vancomycine, créatinine et aminoglycosides), certains médicaments ciblés (ex: amiodarone IV) et d’autres alertes (ex: mépéridine pour la douleur). Le système permettait également la documentation des interventions des pharmaciens en réponse à ces alertes et la rédaction de notes de continuité entre pharmaciens. L’histoire ne dit pas si les notes étaient codées avec SNOMED CT

Durant une période d’un an, en 2014, environ 400 000 alertes ont été générées, dont un tiers en réponse à des anomalies de laboratoire, et un autre tiers pour le suivi des anticoagulants. Environ 18 000 interventions pharmaceutiques ont été documentées dans le système, dont 36% pour le suivi des anticoagulants et environ 20% pour le suivi des antimicrobiens. 80% des interventions étaient un suivi de la part du pharmacien, et dans 9% des cas la pharmacothérapie a été modifiée. Environ 6200 notes de continuité entre pharmaciens ont été rédigées, dont 61% pour assurer un suivi, incluant pour 32 patients sur ECMO. 16% visaient à assurer un suivi de médicaments ciblés.

Les auteurs concluent que ce type de système améliore la documentation et la communication entre pharmaciens, en plus d’assister les pharmaciens pour le suivi de la pharmacothérapie des patients.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.