Alertes pour la détection des problèmes liés à la pharmacothérapie

Cette étude a été réalisée en Espagne dans un hôpital universitaire de 431 lits, et avait pour objectif de décrire l’utilisation d’un système d’aide à la décision offrant des alertes intégrées au logiciel de prescription électronique et au dossier électronique, pour une détection de problèmes liés à la pharmacothérapie.

Le système offrait la possibilité de programmer des déclencheurs d’alerte liés aux paramètres suivants:

  • L’âge ou le sexe
  • La dose maximale, minimale ou cumulative, les voies d’administration et la durée de traitement
  • Les tests de laboratoire et les indicateurs et scores dérivés (clairance à la créatinine, score MELD, etc.)
  • Les interactions médicamenteuses

À noter, le système n’offrait pas d’alerte pour les allergies.

À chaque jour, les pharmaciens cliniciens de l’hôpital révisaient les alertes générées par le système qui s’affichaient dans le module de pharmacie du dossier électronique. Ces alertes étaient visibles uniquement pour les pharmaciens. Ceux-ci prenaient action selon la pertinence clinique et l’urgence de l’alerte, soit en inscrivant une note au dossier électronique visible pour les autres professionnels ou en intervenant directement auprès de l’équipe clinique. Évidemment, les pharmaciens cliniciens révisaient aussi les profils pharmacologiques de manière indépendante du système d’alertes pour détecter tous les problèmes.

Les données de ce système ont été collectées pour l’année 2012. 83% des médicaments existant dans le système avaient des paramètres d’alertes programmées, pour un total de 7879 alertes potentielles, correspondant à 99,4% des médicaments prescrits durant l’année.  185 131 prescriptions ont été faites avec le système durant l’année, et 3552 interventions pharmaceutiques ont été faites. De celles-ci 79,1% ont été détectées par le système d’alerte et le reste n’ont été détectées que par le pharmacien clinicien. Au moins un problème a été détecté chez 10,7% des admissions et 12,4% des patients.

Au total, 13 833 alertes ont été générées par le système durant l’année, dont 2808 (20%) ont été jugées cliniquement significatives par les pharmaciens cliniciens. 53,2% des alertes pertinentes concernaient le dosage, 25,7% les tests de laboratoire (47% fonction rénale, 38,4% électrolytes), 15,4% les interactions, 4,6% les duplications et 28% les combinaisons.

Le pourcentage d’alertes cliniquement significatives dans cette étude est relativement élevé à 20%, ce qui, je crois, pourrait être lié à la programmation des alertes gérée par les pharmaciens de l’établissement plutôt qu’à l’utilisation d’un système commercial. J’aime bien l’idée d’automatiser, au moins partiellement, la détection des problèmes de pharmacothérapie en assistance au pharmacien clinicien qui doit réviser des profils pharmacologiques, afin de s’assurer de ne rien « échapper » par inadvertence. Néanmoins, ce genre de système doit être bien paramétré pour être cliniquement utile et ne pas contribuer au alert fatigue causé par les systèmes qui génèrent plein d’alertes inutiles.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.