Facteurs favorisant l’utilisation nationale des données de santé en Écosse

Cet article un peu obscur provient d’Écosse, et décrit les résultats d’un focus group des parties prenantes de l’implantation d’un système national électronique pour la prescription et l’administration des médicaments dans cette région. L’objectif de cette discussion était de faire ressortir les éléments importants pour assurer la qualité des données nationales sur ce sujet, avec pour objectif ultime d’assister la prise de décision politique et administrative sur le système de santé. Ce contexte est certes un peu lourd, mais les thèmes dégagés me semblent intéressants et applicables à la situation québécoise où l’informatisation du système de santé est enclenchée.

Des participants occupant des positions senior dans le système de santé, et ayant des fonctions touchant à l’informatisation ont été approchées, notamment des représentants des médecins, pharmaciens et infirmières, des associations de patients, des fournisseurs et des dirigeants. Un guide des sujets de discussion a été remis aux participants, comportant quatre thèmes: les expériences internationales, l’expérience écossaise avec l’implantation d’un système de cancérologie, les besoins dans des secteurs à développer (contrôle de la douleur, surveillance des antimicrobiens), et les implications politiques et stratégiques. La discussion a été enregistrée, transcrite et analysée de manière qualitative.

36 personnes ont été approchées et 21 ont participé à la journée de discussion. Les idées principales dégagées sont en lien avec des facteurs à trois niveaux:

  • Niveau micro
    • La nécessité d’avoir des logiciels flexibles s’intégrant au flot de travail, potentiellement complexe, des utilisateurs.
    • La nécessité d’offrir une interface intuitive qui ne ralentit pas le travail.
    • La disponibilité de données de performance en feedback pour les utilisateurs.
    • Offrir aux utilisateurs la preuve que les données collectées fonctionnent pour l’amélioration du système.
  • Niveau meso
    • S’assurer que les ressources pour le maintien des infrastructures technologiques soient prévues.
    • Développer la capacité de gestion du changement et d’analyse de données nécessaire pour gérer cette information.
  • Niveau macro
    • Avoir une banque de données nationale pour permettre la collecte et l’analyse centralisée.
    • Prévoir une interopérabilité des systèmes à l’aide de standards technologiques.
    • Avoir des systèmes en place pour le feedback de données aux organisations locales.

La discussion de l’article est intéressante et présente des recommandations pour des stratégies nationales découlant de ces idées.

Je trouve cet article intéressant parce que les idées exprimées sont importantes, dans le sens où l’informatisation du système de santé amène un flot de nouvelles données électroniques qui n’étaient pas disponibles auparavant, du moins pas en cette quantité et avec autant de facilité. Les idées dégagées au niveau micro permettent de s’assurer que les données collectées par les utilisateurs soient de qualité, en leur offrant la preuve que celles-ci sont réellement utiles. Au niveau meso, on s’assure qu’il soit possible de collecter et analyser ces données efficacement et au niveau macro, on permet le traitement de ces données de manière centralisée.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.