Variations dans la nomenclature des médicaments en prescription électronique

J’ai parlé il y a quelque temps de l’importance la nomenclature des médicaments dans les systèmes informatiques de santé, incluant les systèmes de pharmacie, les dossiers électroniques et la prescription électronique. Un article publié dans le dernier AJHP amène des données intéressantes sur cet enjeu. Il s’agit d’un article qui avait pour objectif de décrire la variabilité des noms de médicaments utilisés dans 10 systèmes de prescription électronique utilisés dans 6 organisations de santé américaines. Les logiciels évalués incluaient des systèmes locaux de même que des produits commerciaux. Des tests ont été développés par un pharmacien de l’équipe de recherche pour pour générer des alertes, en particulier pour les duplications. Des sessions à distance ont été menées avec les utilisateurs locaux du système de manière standardisée, afin de bien évaluer l’interaction normale des utilisateurs avec le système. De plus, dans un site en particulier, les données de 4 millions d’ordonnances émises entre 2011 et 2015 ont été extraites et analysées en détail.

Les auteurs ont observé une énorme variabilité dans la manière dont les médicaments étaient nommés et affichés dans les systèmes, par exemple l’affichage de médicaments en nom générique ou original, selon ce qui avait été prescrit, dans les listes de médicaments. Ça vaut la peine de lire le texte complet pour voir tous les exemples. L’analyse détaillée d’un site a montré que la plupart des prescriptions étaient faites en nom générique, sauf pour les produits combinés, pour lesquels 77,3% des prescriptions étaient faites en nom commercial.

Divers problèmes ont été notés, notamment la présence de 3137 duplications où le même médicament, avec la même posologie, avait été prescrit deux fois, une fois avec le nom générique et une fois avec le nom commercial, et l’alerte générée en réponse à cette duplication avait probablement été ignorée ou désactivée. L’affichage de noms multiple pour le même médicament, parfois dans le même écran, a été obervée. Enfin, la présence de noms « maison » incluant des modificateurs locaux (par exmple des indications, ou des restrictions) a été observée.

Les auteurs terminent en listant les principes émis par l’ISMP pour l’affichage des noms de médicaments:

  • Lister à la fois le nom générique et le nom commercial.
  • Inclure l’indication dans la prescription pour éviter les erreurs liées aux noms de médicaments similaires qui n’ont pas la même indication.
  • Différencier les noms de médicaments similaires à l’aide de modifications de police de caractères ou l’utilisation de majuscules [à souligner: la recherche tend plutôt à démontrer que le TALLman lettering a une efficacité douteuse, voir un article précédemment publié et un autre dans le même numéro de l’AJHP dont je parlerai plus tard].

Je trouve qu’il s’agit d’un bon article, mais il manque de preuves que les problèmes soulevés ont un impact réel. Je ne doute pas que ce soit un problème, encore faut-il le démontrer pour justifier des changements dans cette pratique. Néanmoins, malgré le peu de données probantes sur le sujet, il faut bien décider d’une manière d’afficher les noms de médicaments dans les systèmes, et il est tout à fait vrai que la nomenclature peut entraîner de la confusion et des erreurs. Il s’agit un sujet de recherche très intéressant.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.