Fréquence de l’indication dans les ordonnances électroniques destinées à la communauté

Plusieurs articles parus dans les dernières années sont clairs sur la nécessité d’inclure l’indication dans les ordonnances afin de prévenir les erreurs liées à la dispensation du mauvais médicament. On peut facilement s’imaginer comment ceci peut survenir dans le cas d’ordonnances manuscrites, mais on constate le même problème avec les ordonnances électroniques, notamment dans le cas de médicaments ayant un nom similaire qui peuvent se retrouver côte à côte dans des menus déroulants.

Une nouvelle étude parue dans l’AJHP de juillet visait à quantifier la présence de l’indication dans les ordonnances électroniques rédigées à l’intention de patients en communauté.

Les auteurs ont extrait les instructions posologiques en texte libre des ordonnances émises en clinique ambulatoire d’une organisation de santé américaine sur une période de 5 ans, de 2011 à 2015 inclusivement. Une approche de traitement du langage a été utilisée pour extraire les indications de ce texte libre. Le programme utilisé est intéressant et a été initialement décrit en 2011. Il s’agit d’une approche prometteuse qui permet même d’interpréter les négations (ex: « ne pas prendre si… ») dans le texte. Un contrôle de qualité a été fait sur 10% des ordonnances pour valider l’extraction.

4 356 086 ordonnances ont été analysées. L’indication était présente dans 7,4% de celles-ci. Parmi les ordonnances incluant l’indication, 77% avaient été prescrites avec une posologie au besoin (« PRN »). Les auteurs détaillent le taux d’indications par spécialité médicale et par indication. De façon peu surprenante, les indications qui correspondent davantage à des prises au besoin (ex: douleur, anxiété, nausée, toux, prurit, insomnie) avaient davantage d’ordonnances incluant l’indication dans les instructions posologiques. Des résultats par classe et par molécule sont aussi présentés.

Je trouve cette étude intéressante car elle démontre qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire pour inclure l’indication dans les ordonnances: la vaste majorité des ordonnances analysées ne la comportaient pas, quoique les données dataient quand même un peu. Les auteurs concluent que la recherche devrait examiner les designs des logiciels de prescription électronique qui favorisent l’inclusion de l’indication, et je suis d’accord avec cela.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.