Comparaison de la fréquence des abréviations dangereuses entre la prescription papier et électronique

Je vous parle aujourd’hui d’une étude publiée en 2017. Malgré tout le temps écoulé depuis la publication de cette étude, elle demeure d’actualité dans le contexte québécois puisque l’implantation de la prescription électronique en est à ses balbutiements. L’étude décrit les bénéfices de l’implantation de la prescription électronique sur la fréquence d’utilisation d’abréviations dangereuses, et inclut des données sur la situation en présence d’un mode hybride de prescription combinant papier et électronique.

Cette étude avait pour objectif de comparer la fréquence d’utilisation d’abréviations dangereuses selon la liste de ISMP Canada entre les ordonnances écrites sur papier et celles faites électroniquement. Un audit transversal a été mené sur une journée sur toutes les unités de soins de 6 hôpitaux d’un réseau universitaire situé à Toronto, incluant 804 lits de courte durée et 423 lits de longue durée. 2 des 6 hôpitaux utilisaient la prescription électronique au moment de l’étude, mais les auteurs soulignent qu’il demeurait parfois des ordonnances papier, même dans ces centres. L’étude a été menée entre décembre 2013 et janvier 2014. 5 dossiers par unité de soins ont été audités.

Seules les ordonnances de médicaments, excluant donc les fluides intraveineux, mais incluant la nutrition parentérale et les électrolytes, ont été incluses. Les ordonnances pré-imprimées sur papier ont été exclues. Pour les dossiers avec prescription électronique, toutes les ordonnances actives qui répondaient aux critères ont été incluses, tandis que pour les dossiers papiers, les ordonnances de la journée en cours et précédentes pour les soins de courte durée, et les ordonnances des derniers 7 jours pour la longue durée, ont été révisées. Les abréviations dangereuses présentes dans ces ordonnances ont été comptées.

L’analyse primaire était la différence de la proportion d’ordonnances contenant au moins une abréviation dangereuse entre les groupes. Un calcul de puissance a été effectué.

258 dossiers de 52 unités de soins ont été révisés, dont 3 exclus en raison d’un congé avant la révision des ordonnances. 29 dossiers ne contenaient aucune ordonnance éligible. La proportion d’ordonnances contenant au moins une abréviation dangereuse était de 24.1% pour les ordonnances papier et 0.4% pour les ordonnances électroniques, une différence statistiquement significative avec p<0,001. La proportion de patients dont au moins une ordonnance contenait une abréviation dangereuse était de 50,5% pour les dossiers papier, 5% pour les dossiers électroniques, et 47,2% pour les dossiers hybrides. Les 5 abréviations les plus fréquentes étaient « D/C », des abréviations de nom de médicament, « OD », « U » et « cc ».

Les résultats de cette étude m’apparaissent pertinents car ils démontrent d’une part la forte prévalence d’abréviations dangereuses dans les ordonnances manuscrites, un fait que l’on observe quotidiennement dans la pratique québécoise. D’autre part, on voit que le fait de maintenir une système hybride ne permet pas d’éliminer de manière convaincante la présence d’abréviations dangereuses dans les ordonnances, ce qui est un des bénéfices attendus de la prescription électronique. Ceci supporte la notion que l’implantation d’un prescripteur électronique doit être complète pour que les bénéfices de cette technologie se matérialisent. Fait intéressant, les auteurs commentent que les abréviations dangereuses retrouvées dans les dossiers électroniques étaient de deux sources: les ordonnances entrées en texte libre et un cas de nom de médicament abrévié en raison d’une limitation technique.

Dans le contexte de la prescription électronique, on pourrait argumenter que l’utilisation d’abréviations est moins problématique puisque sur papier, la dangerosité résulte de la difficulté de lire l’abréviation manuscrite (ex: « U » devient « 0 ») alors que ce genre de méprise est moins probable avec des caractères affichés à l’écran. Dans mon expérience, je constate pourtant que la rédaction d’ordonnances en texte libre ou l’utilisation de champs de commentaires pour communiquer de l’information qui devrait aller ailleurs est tout autant une source de problèmes. Ceci renforce l’importance d’assurer une maintenance constante de la base de données du prescripteur électronique, et d’assurer une bonne formation des prescripteurs, afin de limiter le recours au texte libre, même en prescription électronique.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.