Tests d’allergie à la pénicilline par un pharmacien en hôpital

Cet article décrit un service mis en place dans un hôpital universitaire public de 870 lits situé au Texas. L’objectif du service était de permettre des tests cutanés rapides d’allergie à la pénicilline chez les patients déclarant une allergie et rencontrant certains critères, suivi d’un challenge oral à l’amoxicilline, afin de confirmer ou d’infirmer une allergie IgE médiée et ainsi de permettre une administration sécuritaire d’antibiotiques de cette classe ou de classes reliées. Ceci est particulièrement pertinent quand on sait que l’allergie à la pénicilline est souvent déclarée par les patients, alors que ceux-ci ne sont pas réellement allergiques, et parfois ne se souviennent même plus de leur réaction, et que ceci influence négativement le choix d’antimicrobiens pour ces patients. Fait intéressant, les tests d’allergie décrits dans cette étude étaient effectués par des pharmaciens.

Une prévalence de 8% d’allergie à la pénicilline rapportée par les patients a été observée chez les patients de cet hôpital préalablement à cette étude, ce qui est comparable à la proportion de 8 à 12% d’allergie à la pénicilline rapportée rapportée dans la population générale. Les données ont été collectées de novembre 2014 à avril 2016. Un algorithme a été mis en place dans le dossier électronique de l’institution afin de cibler les patients les plus susceptibles de bénéficier de ces tests (patients sous antibiotiques à large spectre, patients immunosupprimés) et d’exclure ceux qui ne rencontrent pas les critères d’éligibilité (prise d’antihistaminiques, réaction anaphylactique documentée, etc). Le protocole de test est décrit en détail dans l’article. Les patients étaient testés par le pharmacien de ce service, et en absence de réaction l’allergie à la pénicilline était désactivée dans le dossier électronique avec une documentation appropriée.

Durant la période à l’étude, 1203 patients ont été identifiés, et 252 ont été testés suite à la priorisation selon l’algorithme électronique. La moyenne d’âge était 49,3 ans, et la majorité des patients étaient hospitalisés sur une unité générale. Presque tous les patients ont reçu un antibiotique durant leur hospitalisation, principalement pour une infection de la peau ou des tissus mous, une infection urinaire ou pulmonaire. La plupart des patients ont décrit des réactions de type urticaire ou angio-oedème, cependant ces réactions dataient la plupart du temps de 10 à 20 ans.

5 patients ont pu voir leur étiquette d’allergie retirée suite à une simple entrevue verbale. 228 patients ont eu un test cutané complet, et de ceux-ci 223 ont été négatifs. Seulement 5 patients ont testé positif, dont 4 au test cutané et 1 au challenge oral. 19 patients n’ont pas complété le test pour diverses raisons. Au total, 90,5 % des patients testés ont pu voir leur étiquette d’allergie retirée.

Suite aux tests, les auteurs ont constaté une diminution de l’utilisation de vancomycine de 33%, de clindamycine de 61%, de quinolones de 36%, de carbapénèmes de 50% et d’aztreonam de 68% chez les patients inclus, avec une utilisation concomitante de pénicillines ayant augmenté de 20 fois.

Fait important à souligner, 16 des 223 patients qui ont testé négatif ont vu leur étiquette être réajoutée par un autre professionnel de la santé après l’épisode de soins concerné par l’étude, mais les pharmaciens du service ont été en mesure de faire retirer cette étiquette à nouveau. Ceci correspond à ce que j’observe en pratique, même lorsqu’une allergie est testée et infirmée, bien souvent les patients continuent de la rapporter ou des professionnels mal informés la réajoutent « pour bien faire », sans se rendre compte des conséquences potentiellement négatives de cette allergie, en particulier sur les choix d’antimicrobiens. Je constate aussi une grande confusion entre ce qui est réellement une allergie, ce qui est une intolérance ou simplement une préférence du patient. Dans la discussion de l’article, les auteurs présentent une avenue intéressante avec les dossiers électroniques: la possibilité d’ajouter une alerte spécifique à l’ajout d’une allergie lorsque cette allergie a déjà été présente et retirée. Ceci permettrait au professionnel qui l’ajoute de se poser des questions sur cette allergie et de valider si celle-ci a déjà été testée et infirmée.

Articles de la semaine

États-Unis, documentation de l’administration de vaccins améliorée par le code-barre en 2D

Cette étude a été menée par la division de l’immunisation du CDC américain ainsi qu’une firme de consultants. Elle avait pour objectif de comparer l’exactitude des numéros de lots et des dates d’expiration de vaccins lorsque scannés à partir des code-barres en 2D apposés sur les fioles, comparativement à une saisie manuelle, tel que documenté dans les dossiers électroniques. Les centres participants à l’étude ont été identifiés à partir des centres participants à une autre étude sur l’identification par code-barre des vaccins. Des hôpitaux, des cliniques et des pharmacies ont été approchées. Les chercheurs fournissaient des lecteurs de code-barre 2D et une formation sur leur utilisation. Les données documentées ont été extraites des dossiers électroniques, et si la capacité de documenter la méthode d’entrée du lot et date d’expiration n’existait pas dans le système en place, un logiciel supplémentaire était installé par les chercheurs pour capturer cette information. Les données ont été collectées entre le 1er juillet 2014 et le 31 janvier 2015.

34 organisations ont participé à l’étude, dont 13 avec une spécificité pédiatrique. Seulement 32 organisations ont fourni des données analysables et ont donc été incluses dans l’analyse. 128 573 administrations de vaccins ont été enregistrées durant l’étude. 6 logiciels de documentation électronique ont été utilisés. La vaste majorité des données provenait d’institutions privées plutôt que publiques. Pour le numéro de lot, 15 496 entrées ont été scannées et 113 077 saisies manuellement, et pour la date d’expiration, 12 423 ont été scannées et 105 005 saisies manuellement.

Les numéros de lots était exacts dans 96,1% des cas lorsque scannés, comparativement à 94,3% des cas lorsque saisis manuellement (p<0,001). De même, les dates d’expiration étaient exactes dans 95,8% des cas lorsque scannées, comparativement à 84,8% des cas lorsque saisies manuellement (p<0,001). Fait intéressant, un modèle de régression logistique multivariée a été utilisé pour évaluer l’effets de plusieurs variables sur l’exactitude de la saisie, et il en est ressorti que les code-barres de certains manufacturiers comportaient de l’information moins exacte que pour d’autres.

L’étude est intéressante car elle montre la capacité d’obtenir des code-barres 2D comportant les numéros de lots et de date d’expiration lorsque ceci est requis par une loi fédérale, comme c’est le cas aux États-Unis. Par ailleurs, l’utilisation de ces code-barres pour documenter les lots et dates d’expiration semble faible (~10-15% des cas), même lorsque le matériel requis pour les scanner est disponible. Il est aussi intéressant de noter que les données encodées dans les code-barres ne sont pas 100% exactes. Enfin, je trouve étrange que la documentation de ces données soit exigée pour les vaccins, mais pas pour tous les autres médicaments. Bien sûr, avec le fonctionnement actuel, ce ne serait pas réaliste de documenter ces données à chaque administration. Cependant, dans le futur, avec l’administration des médicaments assistée par code-barre, le tout pourrait s’automatiser en grande partie, ce qui permettrait une meilleure traçabilité des doses administrées.

États-Unis, ligne directrice et ordonnance pré-rédigée pour améliorer le traitement de la pneumonie

Cette étude rétrospective de type pré-post avait pour objectif d’évaluer l’efficacité d’une intervention mise en place pour améliorer la qualité du traitement de la pneumonie acquise en communauté dans un hôpital académique de 477 lits situé à Denver. Les auteurs souhaitaient diminuer le recours aux fluoroquinolones, au CT-scan et aux cultures d’expectorations, lesquelles fournissaient rarement de l’information susceptible d’affecter les choix de traitement.

Une intervention a été mise en place suite à l’élaboration d’une ligne directrice par plusieurs départements médicaux et le département de pharmacie. Cette ligne directrice a été diffusée aux prescripteurs, et une ordonnance pré-rédigée pour l’admission de patients avec ce diagnostic a été mise en place en juin 2011. Notamment, le traitement initial comprenait la ceftriaxone avec l’azithromycine, puis le traitement était poursuivi avec azithromycine orale seule, les fluoroquinolones étant réservées aux situations d’allergie prouvée aux bêta-lactames. La durée de traitement totale recommandée était de 5 jours.

La période pré a été définie comme allant du 15 avril 2008 au 31 mai 2009, et la période post du 1er juillet 2011 au 31 juillet 2012. Les patients de 18 à 89 ans, admis avec un diagnostic de pneumonie acquise en communauté et non admis aux soins intensifs, ont été inclus. 166 patients ont été inclus dans la période pré et 84 dans la période post. Les patients étaient comparables entre les groupes, sauf plus de MPOC dans la période post. La durée médiane de traitement est passée de 10 à 7 jours (p<0,0001), principalement en raison d’une diminution de la durée prescrite d’antibiotiques oraux au congé. Le taux de prescription de lévofloxacine est passé de 60% à 27% des cas (p<0,0001). Les taux d’utilisation du CT-scan et de cultures d’expectorations ont aussi diminué.

Les issues cliniques ne se sont pas détériorées durant la période post, cependant 5 cas de réadmission ont été notés en post contre 2 en pré, mais 4 des 5 patients réadmis n’avaient pas reçu le traitement recommandé par la ligne directrice.

Cette étude montre qu’une intervention de parrainage de l’antibiothérapie peut être efficace en intégrant une ordonnance pré-rédigée afin d’influencer les choix de traitement vers les lignes directrices.

Canada, effet de la dompéridone sur l’intervalle QT en pédiatrie

32942824_sCette revue systématique, disponible gratuitement en texte complet sur PubMed Central, avait pour objectif de clarifier l’état des connaissances sur la prolongation de l’intervalle QT induit par la dompéridone en pédiatrie, dans la foulée d’un avis de Santé Canada sur les risques cardiaques associés à ce médicament. En particulier, l’avis de 2015 de Santé Canada était basé sur 2 études de surveillance ayant identifié un risque de prolongation de l’intervalle QT et d’événements cardiaques chez les patients de plus de 60 ans. Les patients pédiatriques étaient exclus de ces études, l’applicabilité en pédiatrie n’était donc pas claire.

Une recherche sur PubMed et Embase a été menée de manière systématique. Les études observationnelles et randomisées ont été incluses lorsqu’elles portaient sur des patients pédiatriques, puis un tri manuel a été effectué pour garder seulement les études contenant de la recherche originale et pour exclure les patients d’oncologie, chez qui une prolongation de l’intervalle QT pourrait être confondu par les traitements de chimiothérapie.

5 études ont été incluses, dont 3 études observationnelles prospectives, 1 essai randomisé et un rapport de cas, publiés entre 2005 et 2012. Les 137 patients inclus dans ces études avaient moins d’un an, incluaient des bébés prématurés jusqu’à 24 semaines d’âge gestationnel. Aucun patient entre 1 et 18 ans n’a été inclus. Le rapport de cas décrit un enfant de 3 mois ayant eu une prolongation de l’intervalle QT à 463 ms, et retour à une valeur <450 ms après arrêt du traitement. Parmi les 3 études prospectives, 2 n’ont pas trouvé de changement statistiquement significatif pré et post traitement sur l’intervalle QT, et une a observé un changement de 373.2 ± 4.8 ms à 387.2 ± 5.1 ms (p<0,01). Dans chacune de ces trois études, 1 ou 2 bébés ont eu une prolongation asymptomatique au dessus de 450 ms de l’intervalle QT. Dans l’étude randomisée, aucun changement de l’intervalle QT significatif n’a été observé entre les groupes ni avant et après le début du traitement par dompéridone, et aucun enfant n’a eu de prolongation de l’intervalle QT au dessus de 450 ms.

Les auteurs présentent la conduite adoptée au Hospital for Sick Children de Toronto, notamment:

  • La dompéridone est contre-indiquée chez les patients avec un intervalle QT de base >450 ms.
  • Les autres facteurs de risque décrits par les avis de Santé Canada (anomalies électrolytiques, prise d’inhibiteurs du CYP3A4) sont considérés des contre-indications relatives.
  • La dose maximale de 30 mg/jour n’est évidemment pas applicable à la pédiatrie.
  • Chez les patients avec facteurs de risque de torsades de pointe (hypokaliémie, arythmies, anomalies structurelles cardiaques, prises d’inhibiteurs du CYP3A4, prise de diurétiques pouvant entraîner une hypokaliémie, doses élevées de dompéridone), un ECG est fait avant le début du traitement et 48h après.

Articles de la semaine

ÉTATS-UNIS, REPENSER LE CODAGE DES ALLERGIES DANS LES DOSSIERS ÉLECTRONIQUES

Cet article de revue propose des recommandations pour la conception des modules d’allergie dans les logiciels de dossiers électroniques, je trouve que les mêmes recommandations s’appliqueraient bien aux logiciels de pharmacie. Le codage actuel des allergies est souvent basé sur des listes de médicaments ou des groupes plus ou moins bien définis. Hors, le codage d’une allergie dans un dossier n’est pas un acte bénin, puisqu’une fois qu’un patient est listé allergique, il devient extrêmement difficile de lui retirer cette étiquette; plein de professionnels bien intentionnés mais mal informés continuent par exemple de lister une allergie même lorsqu’un patient a eu un challenge négatif, ce qui peut influencer les choix de traitement.

Les recommandations proposés dans l’article sont les suivants:

  • Renommer le champ « allergies » pour « intolérances » (incluant les allergies).
  • Coder les intolérances dans ce champ selon 4 types:
    1. Les préférences du patient (qui n’a déjà pas vu un patient « allergique aux génériques » ?)
    2. Les contre-indications, par exemple liées à une enzyme comme la déficience en G6PD ou le HLA-B*5701 pour l’abacavir.
    3. Les effets indésirables comme la dyskinésie tardive
    4. Les réactions immunologiques comme les réactions IgE médiées (anaphylaxie, urticaire), les réactions cutanées, etc.
  • Les champs de documentation devraient permettre de coder le nom ou la classe du médicament, la date de la réaction, les détails de réaction, et la mention suspecté, confirmé ou infirmé, de même que les détails des tests effectués.
  • Prévoir des champs spécifiques pour les allergies environnementales et alimentaires, distincts des champs pour les médicaments.

ÉTATS-UNIS, CARTES DE PROXIMITÉ POUR L’ACCÈS AU SYSTÈME INFORMATIQUE

Cet article est un sondage pré et post implantation de la technologie des cartes de proximité pour l’authentification des utilisateurs à leur session informatique. L’avantage d’une telle technologie est une plus grande facilité d’utilisation; notamment il n’est plus nécessaire de taper un nom d’utilisateur et un mot de passe à chaque ouverture d’ordinateur. Combiné à une technologie de virtualisation de bureau, ceci peut offrir un flot de travail beaucoup plus efficient. Cette étude a eu lieu à l’unité d’obstétrique / gynécologie d’un hôpital universitaire américain, en pilote à l’ensemble du centre.

L’implantation a eu lieu en décembre 2010; le questionnaire pré était en juillet 2010 et le questionnaire post en mars 2011. Le questionnaire a été développé conjointement par une équipe clinique et une équipe d’informatique. 77 personnes ont répondu au questionnaire pré et 33 au questionnaire post; la majorité des répondants étaient des infirmières. Entre le questionnaire pré et post, on constante que le nombre rapporté d’ouvertures de session par quart de travail est demeuré similaire, mais que la perception de la vitesse d’ouverture de session s’est améliorée, la satisfaction à l’égard du processus s’est améliorée, et le nombre rapporté d’utilisations sous l’authentification d’un autre utilisateur a diminué, ce qui est une bonne chose du point de vue de la sécurité.

Parmi les autres commentaires notés, on souligne le fait qu’un des logiciels fréquemment utilisé ne supportait pas le single sign-on, donc les utilisateurs devaient s’y connecter en tapant leur mot de passe malgré la nouvelle technologie. Également, les lecteurs de carte n’étaient pas installés sur tous les ordinateurs.

AUSTRALIE, UTILISATION DE LA TECHNOLOGIE POUR AMÉLIORER LA PRESCRIPTION D’ANTIMICROBIENS

Cet article de revue avec méta-analyse avait pour objectif d’évaluer l’effet des interventions technologiques sur l’utilisation des antimicrobiens en contexte hospitalier. Une revue systématique de Embase, Medline et Pubmed depuis leur création jusqu’à mars 2015 a été menée. Les études dans une langue autre que l’anglais, celles n’ayant pas de groupe contrôle, celles en dehors du milieu hospitalier, celles n’ayant pas évalué la prescription et celles ayant évalué une intervention combinée avec une mesure non technologique ont été exclues.

3056 articles ont été identifiés, dont 1903 articles uniques en anglais. 111 ont été lus en texte complet, et 45 ont été inclus dans l’étude. La qualité des études était faible, avec un score moyen de 6/10 selon un score de qualité décrit en référence. 4 types d’intervention étaient décrites dans ces études:

  • Les systèmes d’aide à la décision indépendants
  • Les systèmes d’aide à la décision intégrés à un dossier électronique ou un logiciel de prescription électronique
  • Les systèmes d’approbation d’antimicrobiens informatisés
  • Les systèmes de surveillance

Les effets de ces systèmes ont été évalués par rapport à trois issues:

  • L’usage approprié des antimicrobiens: la définition de ce terme était variable, mais 10 études ont pu être incluses dans cette analyse. Les études étaient hétérogènes, mais la méta-analyse a démontré un effet bénéfique de manière générale (RR 1.49). Cependant, en définissant l’usage approprié comme l’adhésion aux lignes directrices, aucun effet n’a été observé. 5 études ont évalué la susceptibilité de l’organisme identifié à l’antibiotique prescrit, un effet bénéfique sur ce paramètre a été observé (RR 1.19). Enfin, en incluant seulement les 7 études avec score de qualité plus grand que 5/10, l’effet observé n’était plus significatif.
  • Mortalité: aucun effet n’a été observé.
  • Durée de séjour: aucun effet n’a été observé.

Les auteurs soulignent la grande hétérogénéité des études publiés, ce qui rend difficile toute analyse comparative, revue systématique ou méta-analyse. Également, plusieurs études décrivaient des barrières à l’implantation et à l’utilisation de tels systèmes par les prescripteurs, ce qui complique davantage l’analyse.

Les conclusions de cet article vont dans le même sens que celles d’une autre publication récente.