Revue systématique sur l’administration des médicaments assistée par code-barre

J’ai déjà parlé à plusieurs reprises de code-barre. Plusieurs articles récents décrivent les bénéfices de cette technologie pour aider à la traçabilité des médicaments tout au long de leur circuit en établissement de santé, pour améliorer la documentation de la vaccination, pour sécuriser le processus de préparation stérile des médicaments et pour remplacer la vérification contenant-contenu visuelle par le pharmacien, entre autres. Ce nouvel article est une revue systématique des effets de l’administration des médicaments assistée par code-barre (barcode medication administration), lorsqu’elle est combinée à la prescription électronique. au formulaire d’administration des médicaments électronique (eMAR) et à la dispensation des doses automatisée (par cabinets ou robots, par exemple). Toutes ensembles, ces technologies forment une boucle fermée allant de la prescription à l’administration, en anglais on parle de closed-loop medication administration system. Par boucle fermée on entend qu’il n’y a aucune retranscription de la prescription jusqu’à l’administration et que tout le processus est sécurisé électroniquement; cela suppose une interface avec le système pharmacie ou une intégration de celui-ci au même système que le reste, ce que bien des publications négligent malheureusement de décrire.

Une revue de littérature de Medline, PubMed et Embase entre 1992 à 2015 a été effectuée de manière systématique. 430 publications ont été identifiées, dont 393 ont été exclues sur la base du sujet ou des données rapportées. 30 autres ont été exclues car elles ne parlaient pas de code-barre dans le contexte d’une boucle fermée. Enfin, 2 autres ont été exclues car l’une n’était qu’un rapport préliminaire et l’autre ne comprenait pas de système avec prescription électronique. 5 articles ont donc ultimement été inclus, dont 3 avec un devis d’observation directe pour la collecte des données et 2 qui étaient basées sur des déclarations volontaires d’erreurs.

Globalement, 2 articles parmi les trois basées sur l’observation directe ont trouvé une diminution des erreurs non reliées au moment d’administration de 4,6% et 4,7% (en absolu), soit de 11,5 à 6,8% pour la première, et 8 à 3,4% pour la deuxième. Une augmentation de l’incidence de distractions (15,5 à 25,2%) et de l’administration sans explications au patient (10,9 à 14,9%) a été observée dans la deuxième étude, probablement en raison de la nécessité d’interaction avec le système informatique au moment de l’administration. La troisième étude a trouvé une diminution de 3,7% en absolu des erreurs de tous types, soit de de 7 à 4,3%. La première étude a également constaté une élimination complète des erreurs de transcription.

En ce qui a trait aux études basées sur des déclarations volontaires, la première a trouvé une augmentation des erreurs (20 erreurs par millions de doses contre 38), ce qui était probablement lié simplement à une meilleure détection, considérant une diminution relative de 75% des erreurs ayant touché le patient observée de manière concomitante. La dernière étude a quant à elle observé une différence non significative des erreurs de 2,89 par 10 000 doses contre 1,48.

Les auteurs soulignent que leur revue ne considérait que les études sur l’administration assistée par code-barre dans le contexte d’un circuit fermé avec prescription électronique, administration des médicaments informatisée et dispensation automatisée. Un autre article de revue paru en 2009 et cité par les auteurs évaluait le code-barre sans le contexte du circuit fermé, cependant cet article commence à dater un peu. Considérant l’état actuel du système de santé canadien (les auteurs sont de la Colombie-Britannique), il aurait été intéressant de présenter quelques données dans des systèmes sans prescription électronique ou avec des transcriptions à l’entrée ou à la sortie du système pharmacie.

Néanmoins, cet article est intéressant et permet de se faire une bonne idée des bénéfices attendus avec cette technologie.

Revue systématique des causes d’erreurs de prescription électronique

L’objectif de cette revue systématique était de recenser les articles publiés sur les erreurs spécifiquement causées par les systèmes de prescription électronique. La période d’inclusion allait du 1er janvier 2004 au 22 juin 2015. Une recherche a été menée dans CINAHL, Medline et Embase. La sélection a été menée par deux chercheurs de manière indépendante, puis l’inclusion a été arbitrée par une troisième et quatrième personne.

1185 publications ont été identifiées initialement, dont 34 ont été incluses dans l’analyse finale, 31 articles complets et 3 résumés de conférences. Les pays les plus représentés dans l’échantillon étaient les États-Unis (19), les États-Unis et le Canada (4), l’Angleterre (4), et l’Australie (2). Un seul article provenait du Canada seul. 8 thèmes clés de facteurs contribuant aux erreurs ont été identifiés:

  • L’affichage à l’écran, en particulier le fractionnement des médicaments pris par un patient sur plusieurs pages ou plusieurs écrans. De même, un affichage incomplet n’incluant pas tous les types d’ordonnances (actifs, administrés récemment, PRN, STAT, etc.) peut entraîner des erreurs d’interprétation de ce qui est prescrit au patient.
  • Les menus déroulants et l’auto-population de champs, causant des erreurs de sélection en raison de juxtaposition de choix très différents. De même, un système lent qui incite les prescripteurs à cliquer de manière insistante peut entraîner une mauvaise sélection dans les menus.
  • Les choix des mots et des formulation étranges, par exemple les mots « volume total » où on ne sait pas si on désigne le volume à administrer ou le volume du médicament contenu dans un format. De même, une erreur assez incroyable était l’affichage d’une dose de 20 mg comme « 0020.000 mg ».
  • Les choix par défaut mal pensés qui peuvent entraîner une prescription inappropriée par inadvertance.
  • Un système aux fonctionnalités limitées ou mal adapté au flot de travail qui force les utilisateurs à employer des contournements pour arriver à leurs fins, par exemple des instructions en texte libre qui ne correspondent pas aux champs dédiés.
  • Des problèmes d’interopérabilité entre les systèmes, comme un cas où un système de pharmacie a mal interprété les instructions poussées par un système de prescription, ou une transmission incomplète en raison de champs non poussés dans le système pharmacie.
  • Les processus automatisés entraînant une diminution de la vigilance et la facilité de répéter une prescription erronée.
  • Un flot de travail mal adapté à l’électronique, comme la saisie a posteriori des ordonnances dans le logiciel ou le partage de noms d’utilisateurs et de mot de passe.
  • Les systèmes d’aide à la décision mal paramétrés qui ne détectent pas adéquatement les erreurs ou qui en détectent trop et causent une désensibilisation aux alertes.

Un tableau détaillant chacun de ces problèmes est disponible dans l’article. Je trouve l’étude pertinente car ces critères devraient être pris en compte dans le design, la sélection et le paramétrage de logiciels de prescription électronique. De même, ils peuvent être appliqués aux logiciels de pharmacie. Point bonus: la première phrase de l’article cite « To Err Is Human ».

Cas d’intoxication à la morphine en pédiatrie

 Cet article décrit le cas d’un enfant ayant reçu une prescription de morphine au congé de l’hôpital, après une chirurgie d’adénoïdo-amygdalectomie. La dose prescrite était de 3 mg pour un poids de 15 kg, soit 0,2 mg/kg/dose, ce qui est adéquat. À noter, la prescription précisait d’administrer le médicament régulièrement aux 4 à 6 heures (ce qui est quand même un peu illogique…) pendant 5 jours puis aux 4 à 6 heures au besoin.

Le patient a eu congé de l’hôpital au matin le lendemain de la chirurgie, puis en soirée le même jour il s’est mis à présenter de la fièvre avec de la somnolence, ce pourquoi ses parents ont appelé l’ambulance. Le patient a été amené à un centre régional puis transféré à un centre tertiaire avec de la somnolence, une tachycardie, des tremblements, un myosis, des pauses respiratoires, une cyanose buccale et même une possibilité de convulsions. Une intoxication à la morphine a été suspectée et deux doses de naloxone à 4 heures d’intervalle ont été nécessaire pour contrôler les symptômes, de même qu’une admission aux soins intensifs pour surveillance. Il a été constaté que le patient a reçu une solution orale de morphine à 5 mg/mL au lieu de 1 mg/mL, avec un volume correspondant à la dose prescrite pour la solution de 1 mg/mL; les doses administrées étaient donc de 1 mg/kg par inadvertance.

La conclusion de l’article comporte une phrase clé que je cite ici telle quelle, qui rejoint plusieurs autres articles qui ont été écrit sur le même sujet depuis les recommandations d’éviter la codéine en pédiatrie:

Depuis le retrait de la codéine des options de traitement pour les enfants de moins de 12 ans, la morphine est devenue une option intéressante pour le soulagement de la douleur. Il s’agit toutefois d’un médicament associé à un risque élevé d’erreur pouvant entraîner des conséquences graves. À la suite de la recommandation de Santé Canada, il faut se questionner pour savoir si le nombre événements évités par le retrait de la codéine en pédiatrie est plus grand que le nombre événements causés par le passage à la morphine. Étant donné la consommation croissante d’opiacés depuis le début des années 2000, l’utilisation de la morphine pour les enfants ayant subi une amygdalectomie doit faire l’objet d’une évaluation approfondie des risques et des bienfaits afin d’en justifier l’usage.

Déclaration de conflit d’intérêt: je connais tous les auteurs de cet article mais je n’ai pas été impliqué dans son écriture ni dans le cas clinique décrit.