Compétences en informatique clinique pour les étudiants en pharmacie

Les programmes de formation en pharmacie contiennent certains éléments d’informatique clinique. Il existe des curriculums de formation créés par plusieurs associations qui peuvent être utilisés par les facultés de pharmacie pour intégrer l’informatique clinique à leurs cours. J’ai déjà parlé de Partners in E, un programme américain, ainsi que d’un programme canadien similaire. Mon dernier accès à la documentation de Partners in E remonte à l’an dernier, et à ce moment, la dernière mise à jour datait de 2016. Depuis, l’accès aux modules ne semble plus fonctionner, je ne sais pas ce qui se passe. Ce programme est-il encore maintenu ? Du côté canadien, le programme a déménagé à l’adresse http://elearnhcp.ca et s’est développé, même si ça demeure un cours d’introduction. L’accès est maintenant ouvert à tous sur simple inscription en ligne.

Un article paru en mars dans le American Journal of Pharmaceutical Education, et disponible en texte complet sur PubMed Central, discute du contenu des formations en informatique clinique destinées aux étudiants en pharmacie. Il s’agit d’une démarche menée par l‘American Association of Colleges of Pharmacy, qui avait pour objectif de réviser la liste de compétences à inclure dans les programmes de premier cycle en pharmacie.

Un groupe de l’organisation a établi une liste initiale de compétences sur la base d’une revue de littérature et de leur expérience personnelle. Ensuite, deux rondes de focus groups d’une durée d’une heure ont été menées avec des participants recrutés parmi l’ensemble des membres de l’AACP. La liste de compétences a été ajustée suite à ces discussions.

8 personnes ont participé aux focus groups. Ça me semble peu, il aurait été intéressant d’avoir une idée de combien de personnes étaient éligibles, et combien ont été invitées. Les commentaires des participants étaient que la liste de compétences était trop grande et contenait trop d’éléments rudimentaires ou non spécifiques à la pharmacie. Les participants ont discuté de la manière d’intégrer l’informatique clinique dans la formation universitaire, par exemple dans un cours spécifique ou à travers plusieurs cours.

Les compétences que les participants ont identifiées comme prioritaires étaient:

  • Les standards d’interopérabilité
  • L’informatique biomédicale (je ne suis moi-même pas certain de ce que c’est…)
  • Les technologies émergentes
  • Les enjeux légaux et réglementaires
  • Les concepts de sécurité de la prescription électronique

Les auteurs présentent les compétences qu’ils ont identifiées sous la forme de schémas et tableaux. Je dois dire que je suis d’accord avec le commentaire que les compétences ciblées sont très éparpillées et certaines sont très génériques et d’autres spécifiques mais non reliées à la pharmacie, comme la gestion de courriels, les protocoles de communication de l’internet en général, les mots de passe… Le contenu le plus intéressant de l’article est un tableau détaillé des compétences spécifiques à la pharmacie. Le lien est difficile à trouver dans l’article donc je le donne ici:
https://files.acrobat.com/a/preview/57009581-eccf-4868-8526-def02eff200b . C’est un très gros tableau qui liste une multitude de compétences qui ne sont pas toutes d’utilité égale, mais je trouve quand même utile pour une personne qui veut travailler en informatique de pharmacie de lire l’ensemble du tableau et de s’assurer d’au moins connaître chacun des points listés et de pouvoir en discuter.

Effet d’un système d’administration des médicaments en boucle fermée sur le délai d’administration des premières doses

En 2017, je vous parlais d’une revue de l’effet d’un système d’administration des médicaments en boucle fermée (closed-loop medication administration system) sur les erreurs médicamenteuses. Une nouvelle étude sur le même sujet est parue en janvier 2018, mais est devenue accessible en ligne en novembre 2018.

L’objectif de l’étude n’était pas de comparer l’incidence d’erreurs médicamenteuses, mais plutôt le délai entre le moment prévu d’administration des premières doses pour les nouvelles ordonnances, entre un système avec prescription sur papier et retranscription, comparativement à un système avec prescription électronique, transmission électronique à la pharmacie, cabinets automatisés avec profils et administration sécurisée par code-barres.

L’étude a eu lieu dans un réseau d’hôpitaux privés en Australie. Deux hôpitaux avec un système papier et un hôpital avec un système numérique ont été sélectionnés. Quatre unités de soins dans chaque hôpital « papier » et deux unités de soins dans l’hôpital numérique ont été incluses dans l’étude. Des critères d’inclusion et d’exclusion précis ont été élaborés pour inclure uniquement les premières doses pour lesquelles un moment prévu d’administration ainsi qu’un moment réel d’administration pouvaient être identifiés avec précision. Les données ont été collectées durant 2 semaines en octobre 2015.

Les premières doses dont le délai entre l’administration prévue et l’administration était aberrant (outlier) ont été exclues. Les raisons précises ne sont pas détaillées, mais on peut imaginer qu’il s’agit d’ordonnances problématiques rendant un service rapide impossible (par exemple une erreur de dose ou une ordonnance inhabituelle à confirmer avec le prescripteur, ce qu’on voit assez fréquemment en pratique).

193 premières doses sur papier ont été collectées, dont 99 rencontraient les critères d’inclusion. 4 des 99 étaient aberrantes et ont été exclues. 43 des 45 (45,3%) étaient des doses disponibles en réserve d’étage et le reste provenait de la pharmacie. 364 premières doses ont été incluses à partir de la prescription électronique dont 28 ont été exclues. 287 (85,4%) étaient disponibles en réserve d’étage.

Le délai entre le moment prévu et le moment réel d’administration était plus court avec le système en boucle fermée, soit une médiane de 35 minutes (IQR 8-57 minutes) par rapport à 120 minutes (IQR 30-180 minutes), p <0,001. Pour des médicaments jugés « critiques », le même effet a été observé, avec un délai médian de 32 minutes (IQR 11-60 minutes) dans l’hôpital numérique comparativement à 100 minutes (IQR 15-203 minutes) p<0,002.

Je trouve cette étude intéressante car on suspecte souvent que les systèmes numériques, et en particulier la réduction du délai entre la prescription papier, la relève par l’infirmière et la transmission à la pharmacie, permettent de réduire le délai de service des médicaments. Cette étude vient mettre des chiffres sur cette suspicion.

Néanmoins, l’étude présente quand même quelques limites. La définition du moment prévu d’administration du médicament est quand même molle. Un prescripteur peut prescrire un médicament à 8h du matin en demandant qu’il soit administré à 8h01, alors que la simple préparation du médicament peut requérir un délai qui rend cette ordonnance irréaliste. Par exemple, la dilution physique de certains médicaments peut requérir plusieurs minutes. Une meilleure mesure selon moi aurait été simplement le délai de la prescription à l’administration, sans tenir compte du moment prévu d’administration. Cependant, je crois que la magnitude de l’effet observé aurait été similaire à ce qu’on a vu ici. Également, il ne s’agissait pas d’un devis pré-post sur une même unité de soins, mais bien d’unités de soins différentes dans des hôpitaux différents, une multitude de facteurs confondants pourraient avoir influencé les mesures et il est difficile d’en évaluer l’effet. Enfin, les auteurs n’ont pas mesuré à quelle étape se produisaient les délais observés. Comme mentionné plus haut, je suspecte que le plus grand effet est dans la réduction du délai de relève et de transmission, mais ce n’est qu’une supposition.

Malgré tout, les auteurs ont pris des mesures pour minimiser ces biais et je crois que les résultats sont valides; ils démontrent que les systèmes électroniques incluant une transmission numérique à la pharmacie permettent une réduction du délai de service des médicaments.