Données sur la prescription en 2019 dans les hôpitaux américains

La publication de cette année du sondage annuel de l’ASHP décrit les pratiques de prescription et de « transcription » (peut-on vraiment encore parler de transcription dans les dossiers électroniques intégrés modernes ?) en 2019. La dernière mise à jour sur ce sujet spécifiquement remonte à 2016. L’article contient des données sur énormément d’aspects de la pratique. Cependant, je ne parlerai ici que des points qui concernent les technologies.

La même méthode qu’à l’habitude a été suivie. 4863 hôpitaux ont été invités à répondre dont 526 (10,8%) ont répondu. On voit que bien plus d’hôpitaux que par les années précédentes ont été invités, et le taux de réponse est plus faible, mais en absolu le nombre d’hôpitaux est dans le même ordre de grandeur que par les années précédentes. Les hôpitaux qui ont répondu était plus grands et moins représentatifs du sud des États-Unis que tout l’échantillon invité.

Seulement 0,6% des hôpitaux de moins de 50 lits (n=169, donc un seul répondant) n’ont pas de dossier électronique ou de prescription électronique, un contraste majeur avec la situation canadienne et québécoise même si on sait que plusieurs initiatives d’informatisation sont en cours. D’ailleurs, la plupart des éléments de sécurisation de la prescription que j’énumère plus loin ne sont même pas envisageables dans les systèmes de prescription actuels au Québec, majoritairement sur papier ou avec des systèmes électroniques rudimentaires.

Les stratégies de gestion de la prescription en place dans les systèmes informatiques incluent:

  • L’inclusion uniquement des médicaments au formulaire dans les choix possibles pour 75% des répondants.
  • L’arrondissement ou la standardisation des doses pour 63% des répondants.
  • La redirection à des choix de médicaments au formulaire dans 59% des cas.
  • L’intégration d’une application d’information sur les médicaments à l’interface de prescription électronique dans 56% des cas.
  • L’aide à la décision pour la prescription d’antimicrobiens dans 48% des cas.
  • La restriction de l’entrée de médicaments hors formulaire aux pharmaciens dans 46% des cas.
  • La documentation de l’indication du médicament dans la prescription de médicaments à haut risque comme mesure de sécurité dans 44% des cas et pour tous les médicaments dans 21% des cas.
  • L’information sur les ruptures de stock dans 40% des cas.
  • L’information sur les coûts du traitement dans 10% des cas.

À noter que les proportions d’utilisation de ces fonctionnalités étaient toutes plus élevées dans les gros hôpitaux, sauf pour la restriction de prescription des médicaments hors formulaire aux pharmaciens, la documentation de l’indication pour tous les médicaments et la communication d’information sur les coûts. On peut s’imaginer que la lourdeur de la gestion de ces mécanismes dans le cas des gros hôpitaux par rapport au bénéfice rapporté peut expliquer ces choix. On note aussi que les taux d’utilisation de plusieurs fonctionnalités est en hausse.

65% des hôpitaux collectent et analyses les données reliées aux interventions des pharmaciens, incluant le plus fréquemment le type et la fréquence des interventions dans 91% des cas et le temps passé à intervenir dans 62% des cas.

62% des hôpitaux utilisent les fonctionnalités « d’autovérification » des médicaments dans le dossier électronique. Dans 53% des cas, ceci est en place pour des départements précis et dans 50% des cas pour des médicaments sélectionnés. Des études récentes démontrent que le processus de vérification des ordonnances de médicaments doit être repensé pour que le temps et les capacités des pharmaciens soit utilisés adéquatement.

Parmi les fonctionnalités d’aide à la décision en place dans les dossiers électroniques, les alertes d’allergies, d’interactions de médicaments et de duplication étaient en place pratiquement partout (99.8%). Les alertes de dose élevée ou faible ou de dose basée sur le poids ou la surface corporelle étaient utilisées par respectivement 80% et 66% des répondants, et le remplissage automatique de la posologie était utilisé dans 55% des hôpitaux, avec encore une fois une tendance à une utilisation plus fréquente des fonctionnalités dans les plus gros hôpitaux. Dans 65% des hôpitaux, les pharmaciens voient plus d’alertes que les médecins. La personnalisation des alertes était utilisée dans seulement 50% des cas, les autres hôpitaux utilisant telles quelles les alertes de la base de données de leur système. Les hôpitaux personnalisant les alertes le faisaient soit sur la base de recommandations d’un comité, avec des règles établies, selon le jugement de médecins et de pharmaciens, ou selon des lignes directrices. 70% des hôpitaux utilisent un système qui permet l’affichage d’information clinique pertinente au moment de prescrire.

60% des hôpitaux ont une interface permettant la consultation des médicaments à domicile du patient, 24% permettent de vérifier la couverture d’assurance et 20% de soumettre des demandes à l’assureur. Seulement 27% des hôpitaux ne permettaient pas la prescription d’ordonnances externes dans leur dossier électronique.

L’utilisation d’appareils mobiles en pratique clinique par les pharmaciens avait lieu dans 58% des hôpitaux, principalement pour la consultation d’informations sur les médicaments et la communication.

Dans la pharmacie spécifiquement, les logiciels d’assistance aux préparations stériles étaient utilisées par 20% des hôpitaux, 36% utilisaient le code-barres pour la vérification des ingrédients, 20% prenaient des photos et 4.4% utilisaient la gravimétrie. À noter que quand même 56% des hôpitaux n’utilisaient aucune technologie pour les préparations stériles.

En ce qui a trait aux cabinets automatisés, plusieurs stratégies de prévention de diversion des substances contrôlées sont populaires, notamment la révision des écarts de décompte dans les 24 heures, l’utilisation uniquement de pochettes verrouillées pour les médicaments à risque de diversion, ainsi que diverses stratégies de gestion des niveaux d’inventaires, de remplissage et d’accès aux médicaments uniquement selon le profil pharmacologique du patient.

En ce qui a trait aux regroupements d’hôpitaux, on note que parmi les hôpitaux faisant partie d’un réseau, 85% partagent une équipe d’informatique de pharmacie, 81% ont un dossier électronique commun, et 43% ont recours à la télépharmacie.

La discussion de l’article est intéressante et décrit bien les tendances observées dans l’article et leur évolution à travers le temps. Je remarque tout de même que l’informatisation à venir du réseau de la santé Québécois sera une occasion pour les pharmaciens d’améliorer la prescription et l’utilisation des médicaments à l’aide d’outils technologiques, pour autant que l’effort et les ressources requises pour bien configurer, déployer et maintenir ces outils soient fournis.

Un tableau de bord de la charge de travail liée aux préparations de chimiothérapie

Cet article s’apparente à un rapport de cas. Il s’agit de la description de l’implantation d’un tableau de bord de la charge de travail liée aux préparations stériles de chimiothérapie dans la pharmacie d’un établissement de santé situé en Oregon. L’établissement est de niveau tertiaire et comporte 576 lits dans 3 installations. L’équipe de techniciens comprend 75 personnes dont 21 formées à la préparation stérile de chimiothérapie, travaillant sur 2 quarts de travail (jour et soir) au moment de l’intervention. La prémisse du développement de l’outil est qu’une augmentation de la charge de travail liée à l’expansion des activités d’oncologie de l’établissement avait été reliée à une augmentation du roulement de personnel (5 techniciens avaient quitté de décembre 2016 à juin 2017) et à une augmentation du temps de préparation des médicaments. Les administrateurs de la pharmacie ont donc mis en place cet outil de gestion pour documenter la charge de travail et obtenir des ressources additionnelles.

Un logiciel de flot de travail de préparations stériles a été mis en place dans la pharmacie en juin 2016. Il n’est pas très clair dans l’article quand le tableau de bord a été mis en place, mais on comprend que le temps moyen de préparation des médicaments a été calculé à 20 minutes (on assume à partir du logiciel de préparations) et que le travail « essentiel non productif » (pauses, nettoyage, remplissage, couverture de pauses, documentation) a été calculé à partir d’une documentation manuelle sur une période de temps qui n’est pas décrite dans l’article. Ceci a permis de documenter que le temps de travail total les jours de semaine était à 106% des heures budgétées par technicien, nécessitant de faire du temps supplémentaire et de ne pas prendre des pauses, contribuant ainsi au burnout de l’équipe. Le logiciel a aussi permis de documenter une augmentation de 400 préparations par mois entre juin 2016 et janvier 2017.

Les données obtenues ont permis l’ajout d’un équivalent temps-plein de technicien pour compenser l’augmentation de la charge de travail. De juillet 2017 à janvier 2018, la charge de travail moyenne était de 84% par technicien par rapport aux heures budgétées, et un seul technicien a quitté durant cette période.

Je trouve l’étude pertinente car elle démontre l’utilité d’une documentation solide de la charge de travail et de ses effets, ainsi que l’effet de l’ajout de ressources lorsque cela est nécessaire. Bien sûr, on ne s’attend pas à ce que ce soit aussi facile (ni même possible…) d’obtenir des ressources additionnelles face à un problème similaire dans le contexte québécois, mais l’idée est là, et il demeure utile de documenter ce genre de problème.

L’étude comporte plusieurs limites. Notamment, les auteurs ne semblent pas avoir pensé à utiliser leur logiciel de préparations stériles pour documenter le temps réel de préparation plutôt qu’utiliser un temps moyen. Dans la discussion, ils mentionnent que le temps de préparation doit être calculé dans chaque centre en fonction de la technologie utilisée mais il n’y a pas de mention d’utiliser les données directement du système. Je trouve cela curieux, serais-ce lié à une difficulté d’extraire les données de ce type de technologie ? Ou bien les auteurs n’avaient simplement pas les moyens de le faire ? Il me semble qu’un tel tableau de bord avec des données réelles serait bien plus parlant.

Effets d’un système de préparations stériles avec gravimétrie sur la détection d’erreurs et le temps de préparation

Un nouvel article sur les systèmes d’assistance aux préparations stériles avec gravimétrie est paru dans l’AJHP du mois de juillet. Cet article vient du même centre ayant décrit en 2018 l’implantation du même système dans le contexte des produits stériles dangereux. Les auteurs affirment qu’il s’agit ici de la première étude sur un tel système dans le contexte des préparations stériles non dangereuses. Une méthode très similaire à leur autre étude a été utilisée. À noter, le dernier auteur est en conflit d’intérêts avec le manufacturier du système étudié, ce qui teinte négativement cette étude.

L’étude a eu lieu dans un centre académique américain de 803 lits avec des patients adultes et pédiatriques. Le centre a implanté le système avec gravimétrie pour remplacer une technique de préparation sans technologie. Les auteurs parlent d’un système « volumétrique » avant l’implantation. Ceci pourrait être mal interprété en croyant que le système remplacé était un logiciel avec prise de photos ou de vidéos. En réalité, le centre utilisait la méthode « syringe pull-back » (je n’ai pas de bonne traduction française), cette technique qui semble prévalente aux États-Unis (je n’ai jamais entendu parler de ça au Québec !) où le technicien préparateur ramène le piston de la seringue du produit injecté dans un contenant au volume pré-injection pour que le pharmacien vérifie le volume. On comprend donc ici le risque considérable d’erreurs de préparation. Il était donc facile pour cette étude de détecter une amélioration puisque le point de départ était loin d’être optimal.

Les temps de préparation des produits stériles en période pré ont été compilés sur des formulaires papier à l’aide d’un horodateur durant une période de 14 jours. Les données sur les taux d’erreurs durant la période pré ont été compilées lors d’une étude précédente réalisée en 2015, encore une fois avec des formulaires papier. Après l’implantation, les données étaient extraites du logiciel de préparation. Les taux d’erreurs de préparation ont été comparés entre la phase pré et les 90 jours post-implantation, et les temps de préparation ont été comparés entre la période pré et 90 jours et 180 jours post. Les erreurs ont été catégorisées en erreurs de dose et erreurs de produit/diluant. Point positif à noter, les erreurs de produits détectées par le système ont été exclues par les chercheurs si elles étaient sans conséquence, comme par exemple la sélection d’une fiole non ouverte du bon produit pour lequel une fiole ouverte était disponible (étais-ce ce genre de détection qui propulsait à la hausse les taux d’erreurs de sélection de produit dans d’autres études récemment publiées ?) Des opinions par rapport au produit et au flot de travail ont aussi été collectés.

Autre point important à noter, seulement 15 produits ont été inclus dans l’étude. On ignore combien de types de préparations sont faites dans cette unité de production stérile et on ignore quels sont ces 15 produits.

Pour les taux d’erreurs, selon les auteurs, en phase pré, 116 686 préparations ont été incluses, avec 0,12% d’erreurs de produit ou de diluant, et 0,13% d’erreurs de dose. En période post, 5195 préparations ont été incluses avec 6366 erreurs détectées par le logiciel dont 2176 incluses dans l’étude, avec 0,79% d’erreurs de produit et 41,23% d’erreurs de dose. Les différences de taux d’erreurs détectées sont statistiquement significatives.

J’ai de la difficulté à comprendre les chiffres présentés. Les auteurs affirment que seuls 15 produits ont été inclus en pré comme en post, et les deux périodes étaient de 90 jours pour la détection d’erreurs, alors comment est-il possible que 22 fois plus de préparations aient été compilées en pré ? L’article n’apporte pas de clarification sur ce point. Autre élément surprenant, le système a détecté en moyenne plus d’une erreur à chaque préparation ! Dans le contexte de l’aide à la décision, on parle sans cesse de alert fatigue. Si un système de ce type génère en moyenne plus d’une alerte à chaque dose, il me semble qu’il y a un risque de désensibilisation. Aussi, un taux d’erreurs de dose de 41% me semble tout simplement aberrant. Dans la discussion, les auteurs expliquent que certaines alertes catégorisées comme erreurs de dose dans le système n’en sont pas réellement. Ils parlent aussi du problème récurrent, rapporté dans toutes les études sur ce système à ma connaissance, de l’incapacité de bien mesurer les petits volumes par gravimétrie. Enfin, l’analyse statistique n’a tenté aucune évaluation ou correction pour le fait que près de 3 ans séparent les deux phases; d’autres changements dans la pratique ont-ils eu lieu qui pourraient expliquer ces différences ?

En ce qui a trait au temps, on constate une augmentation du temps nécessaire pour préparer le matériel requis et du temps de préparation avec le système, ainsi qu’une diminution du temps de vérification par le pharmacien, mais une augmentation du temps total par préparation. Évidemment, il est difficile d’interpréter ces chiffres puisque la durée d’une préparation dépend grandement de sa complexité et on ignore quelles préparations étaient incluses dans l’étude.

En bref, il s’agit d’une autre étude sur les systèmes d’assistance aux préparations stériles, et d’une autre sur les systèmes avec gravimétrie, mais ces études continuent d’être affectées par des problèmes de méthode et des résultats étranges rendent difficile la généralisation de leurs conclusions. En ce qui a trait à la gravimétrie, on n’offre toujours aucune solution au problème des petits volumes, et il n’y a toujours aucune donnée démontrant l’impact clinique du gain de précision dans les doses sensé être amené par un tel système.