Compétences en informatique clinique pour les étudiants en pharmacie

Les programmes de formation en pharmacie contiennent certains éléments d’informatique clinique. Il existe des curriculums de formation créés par plusieurs associations qui peuvent être utilisés par les facultés de pharmacie pour intégrer l’informatique clinique à leurs cours. J’ai déjà parlé de Partners in E, un programme américain, ainsi que d’un programme canadien similaire. Mon dernier accès à la documentation de Partners in E remonte à l’an dernier, et à ce moment, la dernière mise à jour datait de 2016. Depuis, l’accès aux modules ne semble plus fonctionner, je ne sais pas ce qui se passe. Ce programme est-il encore maintenu ? Du côté canadien, le programme a déménagé à l’adresse http://elearnhcp.ca et s’est développé, même si ça demeure un cours d’introduction. L’accès est maintenant ouvert à tous sur simple inscription en ligne.

Un article paru en mars dans le American Journal of Pharmaceutical Education, et disponible en texte complet sur PubMed Central, discute du contenu des formations en informatique clinique destinées aux étudiants en pharmacie. Il s’agit d’une démarche menée par l‘American Association of Colleges of Pharmacy, qui avait pour objectif de réviser la liste de compétences à inclure dans les programmes de premier cycle en pharmacie.

Un groupe de l’organisation a établi une liste initiale de compétences sur la base d’une revue de littérature et de leur expérience personnelle. Ensuite, deux rondes de focus groups d’une durée d’une heure ont été menées avec des participants recrutés parmi l’ensemble des membres de l’AACP. La liste de compétences a été ajustée suite à ces discussions.

8 personnes ont participé aux focus groups. Ça me semble peu, il aurait été intéressant d’avoir une idée de combien de personnes étaient éligibles, et combien ont été invitées. Les commentaires des participants étaient que la liste de compétences était trop grande et contenait trop d’éléments rudimentaires ou non spécifiques à la pharmacie. Les participants ont discuté de la manière d’intégrer l’informatique clinique dans la formation universitaire, par exemple dans un cours spécifique ou à travers plusieurs cours.

Les compétences que les participants ont identifiées comme prioritaires étaient:

  • Les standards d’interopérabilité
  • L’informatique biomédicale (je ne suis moi-même pas certain de ce que c’est…)
  • Les technologies émergentes
  • Les enjeux légaux et réglementaires
  • Les concepts de sécurité de la prescription électronique

Les auteurs présentent les compétences qu’ils ont identifiées sous la forme de schémas et tableaux. Je dois dire que je suis d’accord avec le commentaire que les compétences ciblées sont très éparpillées et certaines sont très génériques et d’autres spécifiques mais non reliées à la pharmacie, comme la gestion de courriels, les protocoles de communication de l’internet en général, les mots de passe… Le contenu le plus intéressant de l’article est un tableau détaillé des compétences spécifiques à la pharmacie. Le lien est difficile à trouver dans l’article donc je le donne ici:
https://files.acrobat.com/a/preview/57009581-eccf-4868-8526-def02eff200b . C’est un très gros tableau qui liste une multitude de compétences qui ne sont pas toutes d’utilité égale, mais je trouve quand même utile pour une personne qui veut travailler en informatique de pharmacie de lire l’ensemble du tableau et de s’assurer d’au moins connaître chacun des points listés et de pouvoir en discuter.

Lignes directrices de l’ASHP sur la prévention des erreurs médicamenteuses

L’ASHP a publié dans le numéro d’octobre de l’AJHP de nouvelles lignes directrices sur la prévention des erreurs médicamenteuses dans les hôpitaux. Je trouve cet article très important car il amalgame en un seul document beaucoup de pratiques décrites dans de multiples références de sources diverses. Je vous parlerai ici uniquement des aspects qui touchent la technologie mais le reste de l’article comporte des points majeurs dont je ne parlerai pas par souci de temps. Points bonus: l’article débute en citant le rapport To Err is Human: Building a Safer Health System de 1999.

L’article débute en énumérant des stratégies de prévention en vrac. Parmi celles comportant des aspects de technologie on note:

  • L’utilisation de pompes intelligentes
  • La prescription électronique avec aide à la décision
  • L’utilisation du code-barres lors de la préparation, la dispensation et l’administration de médicaments

Ces trois points sont bien simples à nommer ainsi mais chacun comporte son lot de difficultés et de complications, en particulier pour la prescription électronique, et fait l’objet de nombreuses publications et directives d’organismes comme l’ISMP.

Les auteurs mentionnent spécifiquement des stratégies pour réduire les erreurs liés aux médicaments aux noms similaires (Look-alike, sound-alike – LASA):

    L’article détaille ensuite les mesures à prendre à chaque étape du circuit du médicament pour prévenir les erreurs.

    Étapes de sélection et d’approvisionnement

    Un élément majeur à cette étape du circuit du médicament est l’intégration des médicaments choisis et achetés à la technologie en place dans l’établissement. Les choix de formes pharmaceutiques et de concentrations disponibles devraient prendre en considération les possibilités des logiciels qui permettront de gérer, prescrire et administrer ces médicaments.

    Les éléments à considérer incluent

    • Les choix de voie d’administration possibles
    • La nomenclature du médicament et la nécessité de distinction avec d’autres, par exemple avec une écriture TALLman
    • Les interactions médicamenteuses significatives à programmer et tester
    • Les autres alertes pertinentes du médicament (tests de laboratoire, restrictions de prescription, etc.)
    • L’intégration des recommandations de dose à tous les systèmes ainsi qu’aux pompes intelligentes
    • Le besoin d’une ordonnance pré-rédigée
    • La disponibilité dans les cabinets et les alertes spécifiques à la dispensation à partir de cabinets

    On souligne aussi l’importance de la nomenclature du médicament. Celle-ci devrait être standardisée à travers l’ensemble du circuit du médicament, notamment dans le dossiers électronique, le systèmes de pharmacie, les pompes, les cabinets, et prendre en compte dans chaque système la possibilité de confusion avec d’autres médicaments. Le nom générique devrait être favorisé (je commenterais que parfois le nom commercial est nécessaire car le nom générique est incompréhensible pour les professionnels non pharmaciens, par exemple pour des produits qui ne comportent pas de « vrais médicaments » comme les onguents opthalmiques, les gels pour lésions cutanées, les pansements, les produits hydratants en général…). On souligne aussi l’importance de ne pas abrévier le nom d’un médicament, mais ici la technologie est parfois une limite, combien de produits ont une limite de caractères tellement basse que le nom générique du médicament n’entre même pas ?

    Une section de l’article détaille spécifiquement les recommandations pour la dispensation à partir de cabinets, notamment la configuration de la dispensation à partir du profil pharmacologique ou hors profil.

    Étapes de transcription et vérification

    L’article met une emphase sur la vérification des ordonnances de médicaments par un pharmacien, et insiste sur l’importance de ne pas « échapper » les ordonnances rédigées lorsque la pharmacie est fermée. Il faut aussi qu’il y ait une procédure en place pour que les ordonnances rédigées lorsque la pharmacie est fermée puissent être revues si besoin, par exemple avec un pharmacien de garde, un service de télépharmacie, et avec une formation adéquate du personnel sur place durant la nuit pour identifier les situations non conformes ou demandant davantage de vérifications

    Étapes de dispensation et d’administration

    La validation des médicaments peut être assistée par de la technologie, notamment par les code-barres. En particulier, les médicaments qui sont reconditionnées doivent aussi comporter un code-barres. Une procédure doit donc être mise en place pour la génération de ce code-barres et pour encadrer son utilisation.

    Lorsque les cabines sont utilisés, les fonctions de sécurité offertes par le cabinet doivent être connues et revues pour que les meilleures politiques soient mises en place et diminuer le besoin de contournements dans la pratique clinique. De plus, des audits d’utilisation doivent avoir lieu pour identifier les situations problématiques.