Enseignement de l’informatique clinique en pharmacie

J’ai déjà parlé de Partners in E, un programme d’une faculté de pharmacie californienne hébergé par HIMSS qui propose un curriculum standardisé à intégrer aux programmes de Pharm.D pour l’enseignement de l’informatique en santé.

Le pharmacien Alexandre Chagnon (@AlexandrChagnon) m’a également fait part via Twitter d’un programme de formation canadien provenant de l’Association des Facultés de Pharmacie du Canada développé en partenariat avec des universités canadiennes et Inforoute Santé du Canada.

J’ai lu récemment dans le American Journal of Pharmaceutical Education un énoncé sur la formation en informatique clinique et les carrières en informatique pour les pharmaciens. L’article est bien écrit, je crois que c’est un must pour bien comprendre les enjeux par rapport à ce sujet.

L’article débute par une perspective historique sur l’évolution de l’informatique en santé et de son enseignement, puis discute des exigences de certification aux États-Unis pour les facultés de pharmacie, de même que des composantes d’informatique dans ces exigences. Suit une comparaison avec les programmes similaires en soins infirmiers et en médecine.

Les initiatives existant en pharmacie sont détaillées, incluant Partners in E et même le programme canadien !

Les dernières pages de l’article comportent une liste de références et approches suggérées en informatique de pharmacie, découpée par étape du circuit du médicament et par objectif. Cette liste en elle-même est un outil très intéressant.

Un second article est prévu pour présenter un plan pour former des pharmaciens qui se destinent à devenir des experts en informatique clinique.

Détection d’erreurs médicamenteuses par machine learning

Cette étude avait pour objectif de caractériser l’exactitude, la validité et l’utilité clinique d’alertes sur les médicaments établies par un logiciel utilisant le machine learning pour générer automatiquement des alertes à partir d’écarts par rapport à la norme. L’étude a été faite sur les données du Brigham and Women’s Hospital et du Massachusetts General Hospital aux États-Unis.

Le logiciel évalué était MedAware, un logiciel commercial. Ce logiciel utilise le machine learning pour créer 3 types d’alertes sur les médicaments:

  • Des données cliniques hors norme (par exemple prescription de contraceptif pour un enfant garçon).
  • Des données temporellement hors norme (par exemple une diminution des plaquettes chez un patient sous anticoagulant).
  • Un dosage hors norme (le dosage est à l’extrême de la distribution habituelle de dose pour ce médicament ou par rapport à l’histoire du patient).

Tous les patients ayant eu au moins une visite externe (les patients hospitalisés n’étaient pas inclus) entre le 1er janvier 2012 et le 31 décembre 2013 dans un de ces deux hôpitaux. Pour ces patients, les données rétrospectives de 5 ans ont été extraites. À noter, ces données étaient déjà encodées dans un dossier électronique de manière structurée, par exemple les données démographiques, les diagnostics, les listes de problèmes, les médicaments, les allergies, les signes vitaux et les résultats de laboratoires. Cependant, ces données comportaient bien sûr les failles habituelles des données cliniques, c’est-à-dire l’encodage de données en texte libre, dans les mauvais champs, de manière inconstante, etc.

Conformément aux principes du machine learning, les données ont été divisées en deux groupes, un groupe d’apprentissage et un groupe de test. Un échantillon de 300 dossiers a été utilisé pour une validation manuelle des alertes générées par le logiciel. Les paramètres évaluées étaient l’exactitude (l’alerte correspondait-elle réellement aux données encodées ?), la validité (l’alerte était elle adéquate compte tenu des données disponibles partout dans le dossier ?), et l’utilité clinique. Le codage de ces paramètres était effectué par consensus de l’équipe de recherche.

747 985 patients ont été inclus, ayant généré 15 692 alertes dans le groupe de 373 992 patients de test. 29,3% des alertes étaient liées aux données cliniques, 66,8% aux données temporelles et 3,9% au dosage. 23,8% des alertes n’étaient pas valides en raison de problèmes liées aux données, donc 76,2% des alertes étaient valides par rapport aux données encodées. De celles-ci, 56,2% étaient de valeur clinique élevée selon l’équipe de recherche et 18,8% de valeur moyenne.

Les auteurs soulignent dans la discussion la difficulté d’analyser un ensemble de données tiré d’un dossier électronique réel compte tenu de la grande variabilité dans la qualité, la disponibilité et l’encodage des données. La classification de la valeur clinique des alertes est aussi discutable car subjective. Néanmoins, le pourcentage d’alertes cliniquement utile est largement plus élevé que ce que l’on voit en pratique réelle, où la vaste majorité des alertes sont d’une utilité discutable. Il semble que le machine learning soit une avenue intéressante pour les systèmes d’aide à la décision du futur.

Messagerie intégrée au dossier électronique en remplacement des pagettes

Cet article a été écrit par des infirmières d’un hôpital de 336 lits situé dans la région de Seattle, aux États-Unis. Il est disponible en texte complet gratuitement sur PubMed Central. L’article décrit la mise en place d’un système de messagerie similaire au courriel intégré au dossier électronique de l’hôpital, afin de diminuer le recours aux téléavertisseurs en situation non urgente et ultimement réduire les interruptions et les distractions.

Une évaluation de la situation avant l’implantation de cette messagerie a montré que seulement 13,8% de 1252 messages envoyés par téléavertisseurs sur 2 semaines étaient réellement urgents. Le critère utilisé pour définir l’urgence dans le contexte de ce système était « est-ce que la personne contactée devrait arrêter ce qu’elle fait actuellement pour s’occuper de cette situation ? ».

Le système de messagerie a été déployé pour les infirmières et les médecins (à l’exception des chirurgiens) du centre d’abord pour des utilisateurs sélectionnés en phase pilote, puis l’utilisation a été élargie à tout le quart de jour en avril 2015. En mars 2016,  le quart de nuit a été ajouté. Il n’y a pas de mention des pharmaciens dans l’article sauf dans la conclusion pour dire que le système leur serait éventuellement offert.

Le nombre de messages non urgents par jour a diminué de 103 à 38 (p<0,001) et le nombre de messages urgents est demeuré inchangé à 13 par jour (p=0,52).

Une limite majeure est l’inclusion uniquement des médecins « non chirurgiens » dans ce système parce que les chirurgiens n’avaient pas un accès constant au dossier électronique. En effet, pour que ce genre de système soit efficace, les professionnels doivent avoir un accès quand même fiable au système de messagerie. Les téléavertisseurs, malgré leur antiquité, ont l’avantage de fonctionner sans nécessité d’accès à un ordinateur.

Je trouve que cet article décrit une alternative intéressante aux téléavertisseurs et relativement facile à mettre en place; la plupart des systèmes de dossiers que j’ai vus, que ce soit en pharmacie ou plus globaux, ont une fonction de messagerie intégrée. Néanmoins, l’accès à un ordinateur et le fait que l’utilisateur doit aller consulter la messagerie pour voir le message, contrairement au pagette où le message s’impose par du son et de la vibration, peut être une limite à ce genre de solution.

Recommandations pour la robotisation en production stérile

Cet article présente des recommandations pour une intégration efficace des technologies robotisées en production stérile dans le contexte de la pharmacie hospitalière. Les auteurs sont les membres d’un groupe d’utilisateurs d’un robot de production de chimiothérapie intraveineuse initialement développé en Italie puis qui s’est répandu un peu partout dans le monde. Néanmoins, les recommandations présentées sont générales et pourraient s’appliquer à n’importe quel robot de production.

La démarche des auteurs a débuté en 2014 avec une revue de littérature sur les standards de production stérile en pharmacie à l’international, puis s’est poursuivie avec l’élaboration d’un sondage en ligne de 50 points dans les domaines de la technologie, de la sécurité, des produits pharmaceutiques, du personnel, du contrôle de la qualité et des installations. Ce sondage a été diffusé à l’ensemble de la communauté d’utilisateurs puis les réponses ont été utilisées pour développées des énoncés, lesquels ont été utilisés dans une rencontre de 2 jours où 4 groupes (technologie et sécurité, produits et médicaments, personnel, et contrôle de qualité et installations) ont développé les recommandations à proprement parler. Ces recommandations ont enfin été épurées pour en retirer les recoupements et ont été adoptées par tous les participants.

En ce qui a trait au sondage initial, 31 membres sur 36 ont répondu, représentant 15 hôpitaux et 8 universités dans 11 pays. Ensuite, 27 participans de 10 pays ont participé aux 4 groupes de travail. 92 énoncés ont été produits, qui ont été condensées en 35 énoncés finaux, dont 25 ont fait consensus.

Les recommandations finales sont présentées dans l’article, je ne les recopierai pas toutes ici, mais en voici quelques éléments clés:

  • Les robots devraient permettre une traçabilité complète de toutes les étapes de production incluant une évaluation de la précision des préparations (je crois que l’on sous-entend ici le contrôle gravimétrique).
  • Les robots devraient être capables d’effectuer une production à la fois de lots faits à l’avance, de reservices quotidiens, de production en temps réel et de production urgente.
  • La priorité des préparations devrait être gérée par le robot à l’aide d’algorithmes robustes.
  • Les robots devraient s’intégrer aux systèmes existants à l’aide d’interfaces logicielles afin d’éviter notamment le besoin de resaisie manuelle d’un système à l’autre, un risque connu d’erreurs.
  • Les robots devraient inclure un système de suivi continu en temps réel de l’environnement de production, incluant la pression et les gradients de pression, la température, l’humidité et les particules.
  • Les robots devraient identifier les produits à l’aide de code-barres.
  • L’implantation d’un robot de préparation devrait être une occasion de réévaluer en profondeur le processus de production pour optimiser l’utilisation de cette technologie.
  • Un pharmacien du centre devrait avoir l’expertise en robotique nécessaire pour superviser adéquatement la production faite par le robot, incluant une vérification finale pour la relâche des lots.
  • Les manufacturiers devraient fournir aux utilisateurs des procédures complètes de nettoyage et de décontamination pour le robot de même que pour minimiser l’exposition du personnel aux médicaments dangereux.
  • Le logiciel du robot devrait permettre des audits de la production.
  • Les produits pharmaceutiques devraient avoir des caractéristiques physiques standardisées pour permettre leur utilisation optimale par les robots, incluant l’existence de vials de vrac pour pharmacie, la présence de code-barres lisibles contenant les numéros de lots et les dates de péremption. Les monographies devraient inclure les caractéristiques physico-chimiques nécessaires au robot comme la densité relative (specific gravity) et la stabilité à long terme.

Erreurs lors de la préparation de morphine pour administration intraveineuse en pédiatrie

Cette étude, parue en octobre, avait pour objectif de décrire les pratiques de préparation de seringues de morphine intraveineuse pour analgésie contrôlée par l’infirmière ou le patient (ACP/I) par les anesthésistes et les infirmières d’un hôpital pédiatrique britannique. L’hôpital en question utilisait la règle des 6 pour préparer des concentrations variables de morphine dans les seringues. Durant une période de 3 mois, un pharmacien a observé directement la préparation des seringues et a comparé ce qu’il a observé aux pratiques recommandées. De plus, durant une période de 5 semaines, les quantités résiduelles de morphine préparée dans les seringues ont été collectées pour déterminer la concentration réelle préparée à l’aide de spectrophotométrie UV selon une méthode validée.

Durant l’étude, 28 anesthésistes et 36 infirmières ont été observées durant la préparation de 153 infusions de morphine pour 128 patients. Deux concentrations de morphine ont été utilisées, soit 10 mg/mL en ampoules de 1 mL, ou 30 mg/mL en ampoules de 2 mL. Un plus grand nombre de déviations par rapport aux pratiques recommandées ont été observées lors de préparation par les anesthésistes en salle d’opération par rapport aux infirmières sur les unités de soins, notamment l’absence de technique aseptique (15,3% vs 1,8%), l’absence de double-vérification des calculs (82,6% vs 12,7%), et l’utilisation d’un volume de seringue inapproprié pour le volume mesuré (67,3% vs 16,4%). Aucune erreur de calcul n’a été identifiée, mais l’inclusion du surplus des ampoules dans le volume retiré était une observation fréquente.

78 seringues, 35 provenant d’anesthésistes et 43 d’infirmières, ont été analysées. 61,5% de celles-ci contenaient une concentration de morphine en dehors des limites de pharmacopée pour ce médicament, 10 présentaient une écart de plus de 20% de la concentration et une avait un écart de 100%.

Les auteurs présentent plusieurs avenues de réflexion sur ces pratiques dans la discussion, notamment le fait que les pratiques de préparation complexes qui avaient cours dans cet hôpital devraient être réévaluées. Ils identifient comme solution la standardisation des concentrations de morphine et la préparation en lot de seringues de morphines standardisées dans un environnement de production stérile adéquat avec contrôle de la qualité.

La standardisation des concentrations des médicaments utilisés en perfusion intraveineuse est un prérequis à l’utilisation des fonctionnalités de vérification des doses dans les pompes à perfusion modernes (soi-disant « intelligentes »). Cette intervention est souvent présentée comme un incontournable par des organismes s’intéressant à la sécurité liée aux médicaments, notamment l’ISMP. Dans cette étude, on ne dit pas clairement quand les données ont été collectées, et il n’est pas clair si les pompes à perfusion utilisées avaient de telles fonctionnalités en place. Ce qui est clair, c’est qu’en limitant l’éventail de concentrations possibles, les modes de préparations possibles sont eux aussi limités, ce qui permet de standardiser ces modes de préparation et potentiellement de limiter la variabilité dans la préparation, tel qu’observé dans cette étude.

Traçabilité en ligne des médicaments assistée par code-barre

46325473 - black bar code icon. symbol about shopping concept.Cette étude de type pré-post avait pour objectif de déterminer l’effet de l’implantation d’un système de traçabilité des médicaments assistée par code-barre, permettant le suivi et l’affichage du statut des doses de médicaments dans le dossier électronique d’un centre quaternaire américain de plus de 900 lits. L’unité de soins intensifs cardiothoraciques a été sélectionnée pour cette étude. L’objectif primaire était de comparer le nombre de demandes de reservice de médicament par dose dispensée entre les deux périodes, en posant l’hypothèse qu’un tel système permettrait de diminuer les requêtes pour doses manquantes. Les objectifs secondaires incluaient les comparaisons de la satisfaction des infirmières et le temps des assistant-techniques en pharmacie passé à faire le suivi de ces demandes avant et après l’implantation.

La période pré allait du 1er juin au 31 août 2014 et la période post du 1er octobre au 31 décembre 2014. Comme référence, une moyenne de 526 requêtes de médicaments par jour étaient reçues en juin 2014 pour l’ensemble du centre. Durant la phase pré, une moyenne de 38,4 requêtes par jour étaient reçues pour l’unité ciblée, représentant 0,0579 requêtes par dispensation. Durant la phase post, ce taux a diminué à 0,0513 requêtes par dispensation, une baise de 11,4% statistiquement significative (p<0,001). Le sondage de satisfaction a montré une amélioration pour 2 items sur 11 et aucune différence pour les 9 autres. Le temps des assistant techniques passé à investiguer les problèmes était en moyenne de 7 minutes par requête de médicament durant toute l’étude, donc en considérant la diminution du nombre de requêtes, une projection des coûts de ressources humaines épargnée est présentée, bien que l’on sache que ceci ne représente pas réellement une diminution des coûts, mais plutôt du temps réaffecté à d’autres tâches plus utiles.

Je trouve l’étude intéressante car un problème majeur du travail à la distribution d’un établissement de santé est la grande fréquence des interruptions par des appels téléphoniques pour des doses de médicaments « manquantes », alors qu’elles sont souvent en préparation, en cours d’envoi ou simplement mal placées à l’unité de soins. La traçabilité des médicaments assistée par code-barre permet d’afficher simplement le statut des doses de médicaments en cours de préparation, de leur saisie initiale jusqu’à l’envoi à l’unité de soins, ce qui permet de diminuer significativement ce type d’appels, ainsi que d’éviter les deuxièmes et troisièmes services de médicaments coûteux ou complexes à préparer.

Articles de la semaine

États-Unis, documentation de l’administration de vaccins améliorée par le code-barre en 2D

Cette étude a été menée par la division de l’immunisation du CDC américain ainsi qu’une firme de consultants. Elle avait pour objectif de comparer l’exactitude des numéros de lots et des dates d’expiration de vaccins lorsque scannés à partir des code-barres en 2D apposés sur les fioles, comparativement à une saisie manuelle, tel que documenté dans les dossiers électroniques. Les centres participants à l’étude ont été identifiés à partir des centres participants à une autre étude sur l’identification par code-barre des vaccins. Des hôpitaux, des cliniques et des pharmacies ont été approchées. Les chercheurs fournissaient des lecteurs de code-barre 2D et une formation sur leur utilisation. Les données documentées ont été extraites des dossiers électroniques, et si la capacité de documenter la méthode d’entrée du lot et date d’expiration n’existait pas dans le système en place, un logiciel supplémentaire était installé par les chercheurs pour capturer cette information. Les données ont été collectées entre le 1er juillet 2014 et le 31 janvier 2015.

34 organisations ont participé à l’étude, dont 13 avec une spécificité pédiatrique. Seulement 32 organisations ont fourni des données analysables et ont donc été incluses dans l’analyse. 128 573 administrations de vaccins ont été enregistrées durant l’étude. 6 logiciels de documentation électronique ont été utilisés. La vaste majorité des données provenait d’institutions privées plutôt que publiques. Pour le numéro de lot, 15 496 entrées ont été scannées et 113 077 saisies manuellement, et pour la date d’expiration, 12 423 ont été scannées et 105 005 saisies manuellement.

Les numéros de lots était exacts dans 96,1% des cas lorsque scannés, comparativement à 94,3% des cas lorsque saisis manuellement (p<0,001). De même, les dates d’expiration étaient exactes dans 95,8% des cas lorsque scannées, comparativement à 84,8% des cas lorsque saisies manuellement (p<0,001). Fait intéressant, un modèle de régression logistique multivariée a été utilisé pour évaluer l’effets de plusieurs variables sur l’exactitude de la saisie, et il en est ressorti que les code-barres de certains manufacturiers comportaient de l’information moins exacte que pour d’autres.

L’étude est intéressante car elle montre la capacité d’obtenir des code-barres 2D comportant les numéros de lots et de date d’expiration lorsque ceci est requis par une loi fédérale, comme c’est le cas aux États-Unis. Par ailleurs, l’utilisation de ces code-barres pour documenter les lots et dates d’expiration semble faible (~10-15% des cas), même lorsque le matériel requis pour les scanner est disponible. Il est aussi intéressant de noter que les données encodées dans les code-barres ne sont pas 100% exactes. Enfin, je trouve étrange que la documentation de ces données soit exigée pour les vaccins, mais pas pour tous les autres médicaments. Bien sûr, avec le fonctionnement actuel, ce ne serait pas réaliste de documenter ces données à chaque administration. Cependant, dans le futur, avec l’administration des médicaments assistée par code-barre, le tout pourrait s’automatiser en grande partie, ce qui permettrait une meilleure traçabilité des doses administrées.

États-Unis, ligne directrice et ordonnance pré-rédigée pour améliorer le traitement de la pneumonie

Cette étude rétrospective de type pré-post avait pour objectif d’évaluer l’efficacité d’une intervention mise en place pour améliorer la qualité du traitement de la pneumonie acquise en communauté dans un hôpital académique de 477 lits situé à Denver. Les auteurs souhaitaient diminuer le recours aux fluoroquinolones, au CT-scan et aux cultures d’expectorations, lesquelles fournissaient rarement de l’information susceptible d’affecter les choix de traitement.

Une intervention a été mise en place suite à l’élaboration d’une ligne directrice par plusieurs départements médicaux et le département de pharmacie. Cette ligne directrice a été diffusée aux prescripteurs, et une ordonnance pré-rédigée pour l’admission de patients avec ce diagnostic a été mise en place en juin 2011. Notamment, le traitement initial comprenait la ceftriaxone avec l’azithromycine, puis le traitement était poursuivi avec azithromycine orale seule, les fluoroquinolones étant réservées aux situations d’allergie prouvée aux bêta-lactames. La durée de traitement totale recommandée était de 5 jours.

La période pré a été définie comme allant du 15 avril 2008 au 31 mai 2009, et la période post du 1er juillet 2011 au 31 juillet 2012. Les patients de 18 à 89 ans, admis avec un diagnostic de pneumonie acquise en communauté et non admis aux soins intensifs, ont été inclus. 166 patients ont été inclus dans la période pré et 84 dans la période post. Les patients étaient comparables entre les groupes, sauf plus de MPOC dans la période post. La durée médiane de traitement est passée de 10 à 7 jours (p<0,0001), principalement en raison d’une diminution de la durée prescrite d’antibiotiques oraux au congé. Le taux de prescription de lévofloxacine est passé de 60% à 27% des cas (p<0,0001). Les taux d’utilisation du CT-scan et de cultures d’expectorations ont aussi diminué.

Les issues cliniques ne se sont pas détériorées durant la période post, cependant 5 cas de réadmission ont été notés en post contre 2 en pré, mais 4 des 5 patients réadmis n’avaient pas reçu le traitement recommandé par la ligne directrice.

Cette étude montre qu’une intervention de parrainage de l’antibiothérapie peut être efficace en intégrant une ordonnance pré-rédigée afin d’influencer les choix de traitement vers les lignes directrices.

Canada, effet de la dompéridone sur l’intervalle QT en pédiatrie

32942824_sCette revue systématique, disponible gratuitement en texte complet sur PubMed Central, avait pour objectif de clarifier l’état des connaissances sur la prolongation de l’intervalle QT induit par la dompéridone en pédiatrie, dans la foulée d’un avis de Santé Canada sur les risques cardiaques associés à ce médicament. En particulier, l’avis de 2015 de Santé Canada était basé sur 2 études de surveillance ayant identifié un risque de prolongation de l’intervalle QT et d’événements cardiaques chez les patients de plus de 60 ans. Les patients pédiatriques étaient exclus de ces études, l’applicabilité en pédiatrie n’était donc pas claire.

Une recherche sur PubMed et Embase a été menée de manière systématique. Les études observationnelles et randomisées ont été incluses lorsqu’elles portaient sur des patients pédiatriques, puis un tri manuel a été effectué pour garder seulement les études contenant de la recherche originale et pour exclure les patients d’oncologie, chez qui une prolongation de l’intervalle QT pourrait être confondu par les traitements de chimiothérapie.

5 études ont été incluses, dont 3 études observationnelles prospectives, 1 essai randomisé et un rapport de cas, publiés entre 2005 et 2012. Les 137 patients inclus dans ces études avaient moins d’un an, incluaient des bébés prématurés jusqu’à 24 semaines d’âge gestationnel. Aucun patient entre 1 et 18 ans n’a été inclus. Le rapport de cas décrit un enfant de 3 mois ayant eu une prolongation de l’intervalle QT à 463 ms, et retour à une valeur <450 ms après arrêt du traitement. Parmi les 3 études prospectives, 2 n’ont pas trouvé de changement statistiquement significatif pré et post traitement sur l’intervalle QT, et une a observé un changement de 373.2 ± 4.8 ms à 387.2 ± 5.1 ms (p<0,01). Dans chacune de ces trois études, 1 ou 2 bébés ont eu une prolongation asymptomatique au dessus de 450 ms de l’intervalle QT. Dans l’étude randomisée, aucun changement de l’intervalle QT significatif n’a été observé entre les groupes ni avant et après le début du traitement par dompéridone, et aucun enfant n’a eu de prolongation de l’intervalle QT au dessus de 450 ms.

Les auteurs présentent la conduite adoptée au Hospital for Sick Children de Toronto, notamment:

  • La dompéridone est contre-indiquée chez les patients avec un intervalle QT de base >450 ms.
  • Les autres facteurs de risque décrits par les avis de Santé Canada (anomalies électrolytiques, prise d’inhibiteurs du CYP3A4) sont considérés des contre-indications relatives.
  • La dose maximale de 30 mg/jour n’est évidemment pas applicable à la pédiatrie.
  • Chez les patients avec facteurs de risque de torsades de pointe (hypokaliémie, arythmies, anomalies structurelles cardiaques, prises d’inhibiteurs du CYP3A4, prise de diurétiques pouvant entraîner une hypokaliémie, doses élevées de dompéridone), un ECG est fait avant le début du traitement et 48h après.